Mettre un frein à la nourriture transformée

Crédit photo : Alexas_Fotos, Pixabay (cc)En évoquant la notion de nourriture transformée, vous devez penser aux plats préparés : des raviolis Buitoni en passant par le couscous Garbit. Vous imaginez évidemment que cela concerne la bouteille de Coca-Cola, et la pizza surgelée qui attend dans votre congélateur. Mais l’industrie alimentaire transforme tout : du raffinage du sucre pour qu’il devienne blanc en passant par le concentré de tomate auquel on ajoute des conservateurs, jusqu’à notre célèbre pot de Nutella.

S’il y a une chose que j’ai découvert au gré de mes lectures et visionnages de documentaires sur la nutrition, c’est que la nourriture transformée nous éloigne d’une bonne maîtrise de notre santé.

Pour prendre les bonnes décisions, et bien acheter ses produits, deux solutions cumulables s’offrent à vous : devenir un expert en lecture d’étiquettes listant les ingrédients, et cuisiner majoritairement des produits naturels.

Décrypter les étiquettes de la nourriture transformée

Prenons l’exemple d’un paquet de frites : vous vous attendez à trouver de la pomme de terre et de l’huile comme ingrédients… Mais pourtant non. Dans l’exemple d’un paquet proposé par la marque Carrefour, vous allez trouver des petites douceurs comme « l’amidon transformé de pomme de terre » ou encore de la « dextrine« . Ces deux ingrédients transformés vont permettre de constituer l’enrobage de la frite et de lui donner un croustillant travaillé et uniforme que la cuisson n’apporterait pas à elle seule pour un aliment précuit que l’on va conserver surgelé.

Ok, si je parle de frites, vous allez me dire que vous saviez déjà que ce n’était pas recommandé pour une alimentation saine. Alors prenons un autre exemple avec des galettes de légumes de la marque Bonduelle. Dans cet exemple, vous vous dites que vous avez choisi une valeur sûre, surtout qu’il y a l’expression à la mode « sans colorant ni conservateur ». Et pourtant, on va y trouver notamment comme ingrédients : « amidon transformé de maïs, extrait de levure, arôme naturel de poivre ».
Voici pour quelques ingrédients qui ne sont pas si naturels que cela, car ils contiennent des mots magiques : « transformé », « en poudre », « extrait », « arôme ». Et passons sur les « oeufs en poudre », puisqu’on devine qu’il faut utiliser un procédé industriel de transformation pour la mise en poudre.

Posez-vous des questions sur la qualité de ce que vous allez mettre votre assiette quand vous tombez sur des étiquettes qui contiennent :

  • des mots clés particuliers qui démontrent que l’aliment n’est pas naturel (transformé, déshydraté, hydrogéné, …) ;
  • des appellations marketings (poudre, extrait, protéine, arôme, …) ;
  • des ingrédients imprononçables qui nécessitent de consulter une encyclopédie (érythorbate de sodium, nitrite de sodium, palmitate d’ascorbyle, alpha-tocophérol, …).

Finalement, bien lire vos étiquettes n’est pas si sorcier, si vous ne comprenez pas ce que c’est ou, si vous pouvez dire que ce n’est pas naturel, c’est donc que c’est de la nourriture transformée.

Les produits naturels à la rescousse

Pour bien manger, rien de tel que de commencer en faisant ses courses au rayon fruits et légumes de votre grande surface préférée. En effet, c’est là que vous trouverez la nourriture naturelle par excellence, ne serait-ce que parce qu’elle sera le plus souvent non emballée et donc, sans liste d’ingrédients.

Si vous avez peur d’en perdre en achetant trop pour toute la semaine, pensez aux surgelés et aux bocaux, en choisissant les aliments les plus naturels possibles, donc bruts dans la mesure du possible.

N’oubliez pas les céréales, légumes et fruits secs : du riz aux lentilles en passant par les pois chiches, quinoa et autres abricots secs.

Plus vous mangerez naturel, et cuisinerez sainement, en faisant vos propres petits plats, qu’ils soient crus ou cuits, plus vous serez en bonne santé.
Ne croyez pas qu’il soit tellement moins long de faire réchauffer une poêlée provençale en sachet que de faire cuire du riz basmati à l’eau, agrémenté de quelques carottes finement tranchées et crues.

Et pour savoir que manger pour maigrir, sans vous bousiller la santé, suivez le guide.

Accueil » Nutrition » Mettre un frein à la nourriture transformée

Publié par

Jean-Nicolas Girard

Le propriétaire du blog personnel JnGirard.com.

Laisser un commentaire